« Aidant, aidante » est un mot tout petit pour une tâche si énorme
Isabelle, aidante au quotidien de sa maman Arlette, 91 ans

« Aidant, aidante » est un mot tout petit pour une tâche si énorme

Pour Isabelle, c’est tous les jours que « la journée des aidants » devrait avoir lieu, comme pour la journée de la Femme !

Nous sommes le 6 octobre 2020, il s’agit de la 11ème édition de la Journée Nationale des Aidants. Le thème de cette année est celui du répit, essentiel aux bien-être des aidant.e.s qui cherchent des solutions pour pouvoir souffler un peu et s’occuper de leur propre vie. Et pour une grande partie des 11 millions d’aidants en France, il s’agit d’une mission de tous les jours.

Un aidant est une personne qui prend soin au quotidien d’un proche âgé, malade, ou en situation de handicap. En 2019, 53% des proches aidants sont les enfants de la personne aidée et 8% cohabitent avec elle.

Portrait d’une aidante familiale

Isabelle est la « petite dernière » d’une fratrie de 4 enfants, dont trois filles, qui ont grandi dans le Haut Poitou.

Arlette, sa maman, a fêté ce printemps 2020 ses 91 ans (comme Hugues Aufray et Marcel Amont, toujours fringants et pleins de projets) à Sancerre où elle réside maintenant avec Isabelle. La petite Arlette est née libre et frondeuse, ça a toujours été son caractère.

Même si les années ont passé, son optimisme et son sourire apprécié de tous illuminent toujours son personnage.

Un duo infaillible et une inversion des rôles

Isabelle a toujours formé un duo avec sa mère, depuis la mort du papa à ses quinze ans, l’une accompagnant l’autre tout au long des études, des épreuves, des joies et des voyages.

Cette situation s’est renforcée avec le temps, par amour et par nécessité au final,  la locomotive ayant changé de conducteur. Il faut bien avouer que le « grand âge » nécessite une assistance au quotidien.

Arlette, une personnalité attachante

Arlette ne conduit plus, alors qu’elle a les palmes de la Prévention  Routière. C’est donc Isabelle qui l’accompagne aux ateliers équilibre, mémoire, chez le médecin, le coiffeur ou au restaurant…

Portrait Arlette
Portrait d’Arlette à Sancerre

Au Café des Arts de Sancerre, Romain la hèle pour la saluer ou lui faire un bon mot. Devant les clients et elle se sent fière d’exister par son prénom, par tant d’attention et de gentillesse.

Les interactions avec les autres devraient, dans l’idéal, être permanentes, pour garder les idées claires, les souvenirs intacts, la parole et le pas alertes. La période de confinement a bien montré que l’isolement n’est pas un état naturel pour nous humains… et peut provoquer souffrance, voire panique.

Etre proche aidant au quotidien

Arlette a toujours eu des oiseaux chez elle, des chats, des chiens… son empathie s’accommode bien de l’immédiateté du contact avec ces animaux. Isabelle se charge de vérifier que l’eau des oiseaux est bien à niveau et les gamelles bien remplies.

Marcher n’est pas un souci mais la masse musculaire diminuant au fil du temps, Isabelle donne souvent le bras à Arlette en sortant de la maison, pour que celle-ci délie les articulations et se sente prête à balancer les bras toute seule.

Et le soir quand la nuit tombe, Isabelle la rassure, car le noir peut faire peur…

Assister une personne en situation de fragilité (émotionnelle et physique) est un travail non stop, et il faut avoir l’œil et l’oreille aux aguets, 24h/24.  C’est à la fois difficile nerveusement et physiquement.

La difficulté de se faire relayer

Une gentille personne trouvée récemment par sa mutuelle vient de temps en temps remplacer Isabelle. Il a fallu des années avant de pouvoir déléguer, se faire remplacer,  et surtout trouver la personne, qui permet à l’ « aidante » de souffler un peu.

Isabelle est obligée de s’adapter pour son travail de photographe.  Prioriser les activités est un jeu d’équilibre, voire de haute voltige, délicat.

L’entourage peut avoir du mal à comprendre une telle implication, seul l’amour qui les relie peut expliquer…

Le soulagement de découvrir Mamie Boom

Accompagnement intergénérationnel
Rencontre d’Arlette et Raphaëlle, 21 ans, Gentille Accompagnatrice de Mamie Boom

Après avoir franchi le pas d’accepter de confier son proche, il faut trouver des personnes de confiance. Et c’est là qu’intervient Mamie Boom en proposant son réseau d’étudiants de confiance. L’identité des Gentils Accompagnateurs est vérifiée et tous suivent un processus de sélection strict en fonction de leurs motivations et appétences à échanger avec des personnes âgées.

www.mamie-boom.com

Paroles d’une aidante : Isabelle Trévidic, Sancerre le 6 octobre 2020

Laisser un commentaire

Fermer le menu